“S’il y a un conseil que je pourrais partager aux personnes qui souhaitent porter l’organisation de cette journée un peu partout dans le monde, c’est de savoir créer de fortes synergies avec des acteurs locaux, qui peuvent plus facilement user de leviers leur permettant de mobiliser des personnages à fort impact partageant avec nous notre implication en faveur d’un monde plus juste.”

Ousseynou Gueye

Photo : ©Polaris Asso

 

En 2019, Ousseynou Gueye et Abdourakhmane Diop, membres du collectif Different Leaders d’Article 1 et de Polaris Asso coordonnaient pour la première fois la JMEC Sénégal. Leur ambition était de systématiser un programme de mentorat et d’engagement social impliquant de plus en plus de jeunes au Sénégal. Leur objectif étant atteint, ils ont décidé d’aller plus loin pour l’édition 2020 en organisant  la Journée Mondiale de l’égalité des chances dans un deuxième pays : le Mali. Tout cela en travaillant en bonne intelligence avec des partenaires publics et privés.

 

Bonjour Ousseynou, pourquoi as-tu décidé de t’engager pour la JMEC de cette année ?

O.G: Après une première JMEC en 2019 que j’ai co-initiée au Sénégal avec Abdourakhmane Diop, j’ai décidé de renouveler mon engagement en faveur de cette dynamique commune que je mène aux côtés de milliers de jeunes à travers le monde en faveur de l’égalité des chances.

En réalité, je ne pense pas avoir eu d’autre choix que de m’impliquer encore et davantage dans cette aventure, on n’arrête pas un engagement qui nous procure une satisfaction totale, tellement l’impact créé est évident ! C’est donc dans cette lancée que j’ai co-organisé pour cette année 2020 une JMEC, encore une fois au Sénégal, et pour la première fois, au Mali, à Bamako. C’est d’ailleurs sur cette dernière que je reviendrai plus en détail dans cette discussion.

Qu’est ce qui t’a donné envie de renouveler ton engagement ? 

O.G : A mon sens, c’est une chance et une opportunité de pouvoir créer des synergies entre différents acteurs de l’égalité des chances dans nos communautés respectives. C’est une manière de poser à notre échelle notre marque, aussi petite soit elle, sur le monde.

 

 

 

Comment s’est déroulée la JMEC 2020 au Mali et quel était son objectif principal ?

O.G : La JMEC 2020 à Bamako s’est déroulée dans une très bonne ambiance grâce à une cérémonie de lancement festive. Nous avons commencé par une conférence animée par le Dr Bakary Sambe, Directeur du think tank Timbuktu Institute qui était notre partenaire co-organisateur de cette JMEC. En tout, la JMEC a duré 2 jours et a permis de former grâce à un bootcamp 20 jeunes (sélectionnés parmi 300 candidats) au plaidoyer sur l’égalité des chances et tout cela à travers des ateliers s’inspirant très largement d’un kit d’animation mis à notre disposition par le collectif dont nous faisons partie. 

La JMEC s’est clôturée par une cérémonie présidée par Mossa AG Attaher qui est le Ministre de la Jeunesse et des Sports de la République du Mali. Il nous a fait l’honneur de participer à cet événement qui se tenait pour la première fois dans son pays. Il y avait aussi la présence remarquée du premier Secrétaire à l’Ambassade de France au Mali, représentant ainsi l’Ambassadeur.

Les jeunes fellows sont revenus pendant cette cérémonie de clôture sur l’impact de cette JMEC et ont invité les autorités présentes à s’engager davantage en faveur de l’égalité des chances au Mali.

 

 

Comment as-tu réussi à mobiliser tous ces partenaires ainsi que le Ministre de la Jeunesse en dépit de la crise ?

O.G : Je pense qu’il faut saluer l’excellent travail d’équipe qui a permis le succès de cette journée qui a été organisée pour la première fois au Mali. En effet, l’équipe de Timbuktu Institute pilotée par le Dr Bakary Sambe ainsi que celle de l’Ambassade de France au Mali n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de cette mobilisation qui rappelons-le a permis de réunir autour de la cause de l’égalité des chances plusieurs acteurs : des centaines de jeunes, des associations, et bien sûr les autorités gouvernementales et consulaires. 

S’il y a  un conseil que je pourrais partager aux personnes qui souhaitent porter l’organisation de cette journée un peu partout dans le monde, c’est de savoir créer de fortes synergies avec des acteurs locaux, qui peuvent plus facilement user de leviers leur permettant de mobiliser des personnages à fort impact partageant avec nous notre implication en faveur d’un monde plus juste.

 

 

 

Quel impact penses-tu avoir sur le long terme avec cet évènement ?

 

O.G : L’impact sur le long terme de cet événement a été une question prégnante pour nous et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons voulu trouver un moyen d’assurer une continuité en proposant le Different Leaders Fellowship Bamako qui permettra, suite à la JMEC, de dérouler des activités sur une année entière.

Au sein du programme que nous avons mis en place, il existe deux cohortes : d’une part nous avons une vingtaine de jeunes leaders associatifs sélectionnés parmi les 300 candidats qui bénéficieront d’un parcours de formation complet, en ligne et en présentiel sur des compétences pratiques, tant techniques qu’humaines, et dont ont réellement besoin les entreprises. Au programme, sont prévues des formations sur les compétences relevant des soft skills comme la confiance en soi, l’empathie, la communication, l’esprit critique, etc., et sur les compétences techniques qui relèvent principalement du domaine numérique. D’autre part, nous aurons des centaines de jeunes qui pourront ponctuellement prendre part aux conférences en ligne.


Par ailleurs, avec notre partenaire Timbuktu Institute, les questions de résolution de conflits et de maintien de la paix occupent une place prépondérante au sein du programme d’accompagnement.

 

 

As-tu un moment marquant que tu as vécu et que tu souhaites partager ?

O.G : Ce qui m’a marqué, c’est surtout de voir, à la fin de ces deux jours, le sourire sur les lèvres de tous les jeunes qui ont pris part au programme, ainsi qu’une volonté affichée de s’engager durablement au sein de leur communauté en faveur de l’inclusion et de l’équité. Les participants ont assuré avoir progressé dans la maîtrise des outils pratiques leur permettant de maximiser l’impact de leurs initiatives sociales au sein de leur communauté.

Ayant constaté le fort engagement de ces jeunes et conscient qu’ils peuvent être des rôles modèles, le Ministre les a invités à venir le rencontrer dans son cabinet. Rencontre qui s’est tenue en moins d’une semaine seulement après la JMEC et ayant abouti entre autres à une invitation du Ministre aux jeunes à prendre part aux prochaines concertations nationales de la jeunesse. 

Si tout cela a pu se faire, c’est encore une fois grâce à la réelle dynamique collaborative qui a régné entre les co-organisateurs de l’événement, à savoir Polaris Asso, Timbuktu Institute et l’Ambassade de France au Mali.

 

 

Propos recueillis par Imtinen Abidi.